PubGazetteHaiti202005

Assassinat de Jovenel Moise : Martine Moise et Joverlein Moïse doivent recevoir 6.2 millions de dollars comme dédommagement

.

Une demi-douzaine d'hommes reconnus coupables du complot pour assassiner le président haïtien Jovenel Moïse doivent payer à sa veuve et à son fils aîné 6,2 millions de dollars en compensation de leur perte, selon une ordonnance de restitution d'un juge fédéral dans une affaire pénale à Miami. Bien que le président ait été abattu d'une douzaine de balles lors de l'attaque audacieuse au milieu de la nuit à son domicile dans les hauteurs de la capitale haïtienne le 7 juillet 2021, sa veuve a survécu et a été transportée par avion au Jackson Memorial Hospital pour être soignée de ses blessures.

Martine Moïse, 50 ans, a reçu 5 305 387 dollars du juge fédéral américain Jose Martinez pour ses frais d'hôpital, ses déplacements et la sécurité qu'elle a engagée à son retour en Haïti dix jours plus tard. Sa restitution a été convenue conjointement par les procureurs fédéraux et les avocats de la défense après de longues négociations.

Bien que Martine Moïse et ses représentants aient affirmé qu'elle avait été blessée au bras, ses blessures ont longtemps été une source de débat en Haïti, où elle a été inculpée plus tôt cette année dans la mort de son mari, avec 50 autres personnes, dont certaines étaient proches du président assassiné. Le fils aîné du défunt président, Joverlein Moïse, qui vit au Québec, Canada, a reçu 865 396 dollars. 


L'ordonnance du juge ne précise pas pourquoi les six accusés condamnés ont été condamnés à indemniser le fils, qui n'était pas à la maison au moment de l'assassinat. Le fils a déposé une requête auprès d'un tribunal de Port-au-Prince pour rejoindre l'enquête, ce qui, selon la loi française en vigueur en Haïti, permet à une personne lésée par un crime de demander des dommages et intérêts aux auteurs.

Il reste à voir combien la veuve et le fils aîné du président recevront des six personnes condamnées à payer une restitution pour la mort du dirigeant haïtien de 53 ans, car seul l'un des hommes est connu pour avoir des biens. Il y a également une touche d'ironie dans l'ordonnance de restitution du juge fédéral : bien que les autorités américaines considèrent Martine Moïse comme une "victime" dans la fusillade fatale de son mari, en Haïti, elle est accusée d'avoir joué un rôle dans le complot d'assassinat. 

L'avocat de Martine Moïse en Floride du Sud, Paul Turner, a qualifié les allégations d'un juge d'instruction haïtien de "non-sens" et de "politiquement motivées", affirmant qu'elle n'avait aucune "connaissance préalable" de l'assassinat. Dans l'accord de restitution déposé la semaine dernière devant un tribunal fédéral de Miami, Martinez n'a pas identifié la veuve et le fils aîné dans sa décision finale. Ils sont désignés comme "Victime 1" et "Victime 2". Cependant, le Miami Herald a appris de l'avocat de la veuve que Martine Moïse est la première victime; d'autres personnes familières avec l'affaire disent que Joverlein Moïse est la deuxième.

Turner a déclaré qu'il avait fourni à l'équipe de procureurs fédéraux des reçus pour le traitement médical de la veuve au Jackson Memorial Hospital ainsi que d'autres dépenses pour ses déplacements et sa sécurité, qualifiant le montant de la restitution de "compromis". 

Turner a ajouté que lui et Martine Moïse, qui vit actuellement en Floride du Sud, étaient reconnaissants qu'un accord ait été conclu entre les procureurs et les avocats de la défense plutôt qu'elle ne soit contrainte de témoigner sur les factures d'hôpital et d'autres dépenses lors d'une audience devant le juge fédéral à Miami.

"Nous sommes heureux de ne pas avoir eu à le faire", a déclaré Turner au Herald. "Nous ne voulions pas nous battre pour cela, et elle ne voulait pas aller au tribunal." On ne sait toujours pas quels paiements d'hôpital en souffrance Martine Moïse a encourus. 

Des documents obtenus par le Miami Herald montrent que le gouvernement haïtien, dans les jours suivant l'assassinat, a dépensé plus de 330 000 dollars pour ses soins médicaux et son transport aérien privé pour la famille.

Le 7 juillet, l'ambassade d'Haïti à Washington a transféré 100 000 dollars sur un compte Citibank pour le consulat haïtien à Miami pour les frais médicaux de la première dame. Une lettre séparée du ministère haïtien des Affaires étrangères, adressée à l'ambassade des États-Unis à Port-au-Prince, a confirmé le transfert de fonds et a précisé qu'il était destiné à soutenir le transport aérien de la Première Dame. 

L'ambassade haïtienne à Washington, qui a été en proie à un scandale de corruption financière, a également émis une série de trois chèques, de 22 000 dollars, 22 875 dollars et 27 940 dollars, entre le 7 juillet et le 9 juillet, pour permettre à la famille présidentielle de prendre un vol charter de Port-au-Prince à Miami.

Le 26 juillet, l'ambassade haïtienne a transféré 105 950 dollars supplémentaires sur le compte Citibank du consulat haïtien à Miami. Encore une fois, l'ambassade des États-Unis à Port-au-Prince a été informée du transfert bancaire. Cette fois, le ministère haïtien des Affaires étrangères a déclaré que "les fonds seront utilisés pour couvrir les frais médicaux liés au Jackson Memorial Hospital.

" Une lettre de Jackson était jointe, indiquant que le "dépôt sera collecté pour couvrir les frais médicaux de 105 950 dollars du consulat de Miami d'Haïti."

Deux jours après que Jackson Memorial a reçu cet argent, l'ambassade haïtienne a écrit un chèque de 59 100 dollars pour un autre vol charter pour la famille présidentielle. Encore une fois, l'ambassade des États-Unis a été informée dans une correspondance séparée de la transaction.

 Lorsque Martine Moïse est retournée en Haïti pour les funérailles de son mari le 23 juillet, elle a débarqué de l'avion à l'aéroport de Port-au-Prince vêtue d'une robe noire, d'un gilet pare-balles noir, d'un masque noir et avec son bras droit en écharpe noire.

La veuve et son défunt mari avaient deux autres enfants qui étaient à leur domicile lors de l'attaque il y a près de trois ans mais n'ont pas été blessés. 


Ils sont représentés par leur mère dans une action en justice distincte intentée l'année dernière contre les 11 accusés nommés dans l'acte d'accusation pénale déposé devant le tribunal fédéral de Miami. Turner a déclaré que l'affaire civile, qui demande des dommages-intérêts distincts pour la perte de revenus de son défunt mari, la détresse émotionnelle et d'autres réclamations, est en attente dans l'attente de l'issue de l'affaire pénale. Les cinq autres accusés dans l'affaire pénale doivent être jugés en janvier prochain.

Interrogé sur la difficulté de recouvrer des dommages-intérêts auprès de 11 accusés, Turner a reconnu la difficulté et a déclaré qu'il espérait ajouter éventuellement d'autres accusés ayant des poches plus profondes à la poursuite.

Au cours des deux dernières années, une demi-douzaine d'hommes ont plaidé coupable dans l'affaire de Miami, qui est fondée sur une violation de la loi américaine sur la neutralité et une conspiration pour tuer un dirigeant étranger. 

Les procureurs affirment que le complot s'est articulé autour de la planification en Floride du Sud et en Haïti, avec l'objectif initial de remplacer Moïse par un médecin et pasteur haïtien, Christian Emmanuel Sanon, et de déployer d'anciens soldats colombiens pour mener à bien l'assassinat du président.

Les six accusés condamnés jusqu'à présent sont : Rodolphe Jaar, un homme d'affaires haïtiano-chilien déjà condamné pour trafic de drogue par un tribunal fédéral de Miami ; Joseph Joël John, un ancien sénateur haïtien ; Joseph Vincent, un Haïtiano-Américain qui a travaillé comme informateur pour la Drug Enforcement Administration ; Germán Alejandro Rivera Garcia, alias "Colonel Mike", un ancien officier militaire colombien qui dirigeait l'escouade commando ; et Mario Antonio Palacios Palacios, un ancien soldat colombien recruté par Rivera. 

Ces cinq accusés ont été condamnés à la réclusion à perpétuité, mais ils coopèrent avec les procureurs fédéraux et le FBI dans l'espoir de recevoir une peine réduite.

Le mois dernier, un sixième accusé, Frederick Bergmann, a été condamné à neuf ans de prison pour avoir enfreint les lois fédérales visant à empêcher les États-Unis de participer à des conflits étrangers. Résident de Tampa, il a été condamné à un an de moins que le maximum pour avoir expédié des gilets balistiques en Haïti qui ont été utilisés par les commandos colombiens lors de l'attaque mortelle contre le président. 


Bergmann n'avait aucune idée que les gilets allaient être utilisés dans la conspiration pour tuer le président haïtien, selon les procureurs fédéraux et son avocat de la défense. C'est pourquoi il n'a pas été inculpé pour la conspiration visant Moïse.

Les cinq autres accusés, dont Sanon, sont accusés de comploter en Floride du Sud pour tuer le dirigeant haïtien. L'accusation de complot est passible de la réclusion à perpétuité. 

Les accusés en attente de procès sont : Antonio "Tony" Intriago, le responsable d'une société de sécurité de la région de Miami, Counter Terrorist Unit Security ou CTU ; Arcángel Pretel Ortiz, qui était un ancien informateur du FBI lorsqu'il a rejoint Intriago à CTU ; Walter Veintemilla, un financier du comté de Broward ; James Solages, un Haïtiano-Américain ; et Sanon, qui était initialement vu par le groupe comme un successeur de Moïse en tant que président d'Haïti. 

En février, après que les autorités haïtiennes l'ont désigné comme un "auteur intellectuel du complot" dans leur affaire, Sanon a été inculpé à Miami avec les autres pour complot visant à tuer le dirigeant haïtien, après avoir d'abord été accusé de tenter de mener une expédition militaire contre un pays étranger. C'était la cinquième mise en accusation déposée par les procureurs Andrea Goldbarg, Monica Castro et Frank Russo.

Martine Moïse devrait être un "témoin clé" pour le gouvernement fédéral lors du prochain procès, selon son avocat.

 

 


Avec Miami Herald

Category

Politique

Culture

Economie

Post on Jul 08, 2024
La Citibank mettra fin à ses opérations en Haïti en raison d’une demande faible de la part des clients institutionnels et d’une baisse de l’activité bancaire internationale, mettant ain

Sport